Tunis Tribune
L’actualité en continu, le meilleur des médias en français, vidéos, infographies, cartoons, la Tunisie vue d’ailleurs

L’affaire « Chams » ou l’hypocrisie du tunisien conservateur

9

Le microcosme politico-religieux est en ébullition! L’octroi du visa à l’association « Chams » a fait tomber toutes les barrières de l’hypocrisie du tunisien conservateur et faussement démocrate. Oui, Messieurs les moralisateurs, les homosexuels ont le droit de vivre ! Oui, les homosexuels ont le droit de monter des associations !

A ce que je sache, ils n’ont pas déclaré la guerre aux hétéros, ni au pays, ni à sa constitution. Ces avocats, ces députés, ces défenseurs des mœurs nouvellement acquis au vertu ont délaissé la lutte contre le chômage, contre les inégalités et contre l’insécurité et la corruption pour se focaliser sur les fesses de quelques personnes et stigmatiser la haine contre elles ! Selon ces « têtes pensantes », les homosexuels sont une malédiction de la nature. Ils ne sont que des obsédés et des vicieux.

Je ne vais pas prendre la défense des homosexuels car il n’y a rien à défendre contre une réalité génétique qui concerne tous les êtres vivants, mais je m’élève contre ces diviseurs du pays, ces fauteurs de troubles et ces mercenaires de la communication qui ne font que monter les enchères du puritanisme pour cacher leur misère intellectuelle.

L’école agonise mais ils s’en foutent, l’économie vacille mais c’est le dernier de leur soucis, le sud brûle mais ils ne se sentent pas concernés. La Libye nous menace et nous humilie mais il ne faut pas la brusquer… Ce pays marche sur la tête et déraille lamentablement. Nous avons perdu nos vraies valeurs (le travail, l’abnégation, le courage, l’instruction….) pour se consacrer aux foutaises (la sexualité des gens, l’argent facile, l’emploi sans qualification…

La révolution a fait de nous des frustrés sans consistance. Je ne pense pas que faire la guerre aux homosexuels est le meilleur moyen pour lutter contre la corruption, pour stopper la hausse vertigineuse des prix, pour faire fonctionner les hôpitaux et les administrations diverses et variés et pour donner de l’espoir aux oubliés et aux marginaux. A force de trop s’intéresser aux fesses on finit par se plaire dans la merde. Il y a des jours où l’on a vraiment envie de distribuer généreusement des claques.

Par Ali Gannoun, professeur-chercheur à l’Université de Montpellier 2/26 Mai 2015

Comments
DEJA 50.000 INSCRITS ET VOUS?
S'inscrire à la Newsletter*
Chaque semaine, recevez par mail les actus Tunis Tribune à  ne pas manquer.
S'INSCRIRE
*Vous pouvez vous désinscrire à  tout moment.
close-link
Chaque semaine, recevez par mail les actus Tunis Tribune à  ne pas manquer
SOUSCRIRE
Click Me