Vous avez aimé ? Je vous mets une louche de plus

« Fajr Libya est notre rempart contre Daech » déclarait il y a si peu Rached El Ghannouchi. Aujourd’hui nous en avons la confirmation. Notre consulat à Tripoli a été infesté et investi par nos amis « fajristes » qui nous veulent tant du bien. Ils ont kidnappé un certain nombre de diplomates et d’employés pour les « dorloter et les bichonner », j’en suis convaincu.

Faut-il rappeler qu’avec des amis de ce calibre, nous n’avons pas besoin d’ennemis. Dans tous les coins du monde, les ambassades et les consulats sont des territoires privés appartenant aux pays qui portent leur nom. Les lois internationales interdisent leur accès par la police ou l’armée des pays hôtes.

Mais « Fajr Libya », par amour pour notre pays, ne s’interdit rien, surtout l’humiliation des tunisiens et des tunisiennes sous différents prétextes. La souveraineté nationale a été violée en dépit de toutes les normes diplomatiques, et ceux qui sont considérés comme notre rempart contre Daech ne font que confirmer être une copie conforme de ces bandits, assassins, violeurs et primitifs.

Il y a un million de libyens, dont une forte proportion est adepte de « Fajr Libya », qui mangent, se soignent et s’approvisionnent en Tunisie. Faut-il leur montrer que nous pouvons taper très fort sur la table et ailleurs ? L’homme qui trouve tant de bonté chez les putschistes de Tripoli doit juste aller s’essuyer et se rhabiller, à moins qu’il trouve beaucoup de plaisir à se faire entuber par ses frères ! Nous ne voulons pas de ce plaisir et qu’ils aillent tous au diable.

Par Ali Gannoun, professeur-chercheur à l’Université de Montpellier 2/14 juin 2015

Vous allez aimer aussi L'auteur

DEJA 50.000 INSCRITS ET VOUS?
S'inscrire à la Newsletter*
Chaque semaine, recevez par mail les actus Tunis Tribune à  ne pas manquer.
Inscription
*Vous pouvez vous désinscrire à  tout moment.
Chaque semaine, recevez par mail les actus Tunis Tribune à  ne pas manquer
SOUSCRIRE